Tour de France #13 Sagan en pleine récolte

Il y a une certaine logique à ce qu’on poursuive sa récolte lorsque le Tour fait étape dans le verger de la France. Peter Sagan, peut-être informé de ces subtilités géographiques, a surtout vu dans l’arrivée à Valence une nouvelle opportunité de soigner sa moyenne, tout comme l’équipe Groupama-FDJ comptait profiter de l’hécatombe de la veille chez les sprinteurs pour permettre à Arnaud Démare d’ouvrir son compteur de victoires sur le Tour 2018. C’est bien l’équipe française qui a mené l’essentiel de la poursuite derrière les quatre échappés du jour. Mais dans le final, le Français a été devancé par la réaction de Peter Sagan dans les 200 derniers mètres. Le champion du monde égale avec cette troisième victoire ses meilleurs scores sur le Tour. Série en cours.

 

LES PODIUMS

ÉTAPE DU JOUR

1. Peter Sagan (Bora-Hansgrohe) en 03h45’55’’

2. Alexander Kristoff (UAE Team Emirates) mt

3. Arnaud Démare (Groupama-FDJ) mt

CLASSEMENT GÉNÉRAL PROVISOIRE

1. Geraint Thomas (Team Sky)

2. Chris Froome (Team Sky) à 1’39’’

3. Tom Dumoulin (Team Sunweb) à 1’50’’

________________________________________________________________________________

En images et en coulisses

 

Le Tour glamour… Photo Fabien FAURE

 

L’humoriste Florent Peyre, Marion Rousse et Laurent Luyat après Veloclub – Photo Fabien FAURE

 

Audrey Lamy heureuse d’être invitée de Véloclub sur France 2 à Valence – Photo Fabien FAURE

 

Le patrouilleur élément indispensable du Tour qui assure le nettoyage de la route quelques minutes avant le passage des coureurs sur chaque étape – Photo Fabien FAURE

 

La FDJ possède deux magnifiques chars au sein de la caravane – Photo Fabien FAURE

 

Le Premier Ministre Edouard Philippe était présent à l’arrivée à Valence ce vendredi et heureux de rencontrer Raymond Poulidor – Photo Fabien FAURE

 

________________________________________________________________________________

 

 

 

Loin derrière les Eddy Merckx, Bernard Hinault ou encore Mark Cavendish, ils sont près de trois cents dans l’histoire du Tour à n’avoir connu qu’une seule fois les honneurs d’une victoire d’étape. Jusqu’au départ de la course le 7 juillet prochain, letour.fr retrace le parcours de 10 champions dont le palmarès se résume à un jour de gloire. En 2009, Heinrich Haussler, Australien courant alors sous licence allemande, réalise un exploit monumental dans les cols des Vosges pour s’imposer en solitaire en Alsace.

Il sait presque tout faire… et surtout brouiller les pistes. Le jeune Heinrich Haussler a commencé par quitter son Australie natale pour rejoindre l’Allemagne, terre de ses ancêtres, où ses rêves de devenir cycliste professionnel ont davantage de chances de se concrétiser. Comme espéré, il intègre l’élite à la sortie de l’adolescence et se fait rapidement remarquer comme un sprinteur d’avenir : pas exactement lors de sa victoire d’étape à Alcobendas sur la Vuelta 2005, mais plus sûrement pour l’explication finale de Madrid qu’il termine 3e, dans les roues d’Alessandro Petacchi et d’Erik Zabel. Quatre ans plus tard, Heinrich fait parler sa pointe de vitesse sur une étape de Paris-Nice, mais se montre surtout redoutable sur Milan-San Remo (2e) où il est uniquement battu par Mark Cavendish, ainsi que sur le Tour des Flandres (2e) où il règle le peloton à une minute du vainqueur Stijn Devolder. C’est maintenant clair, sur le Tour 2009, l’Allemand qui roule pour Cervélo, après ses débuts chez Gerolsteiner, est mûr pour batailler avec les maîtres du sprint.

L’état de grâce

Mais les premières étapes donnent surtout l’avantage à « Cav ». Et Heinrich Haussler doit également se mettre au service de son leader Thor Hushovd, qui s’impose à Barcelone. Il obtient toutefois des libertés de la part de son encadrement, et se lance un défi totalement différent dans la 13e étape, qui propose une traversée des Vosges particulièrement ardue. Dès le 3e kilomètre de course, il s’échappe en compagnie de Christophe Moreau avant de recevoir, quatre bornes plus loin, le renfort de Ruben Perez, Rigoberto Uran, Juanma Garate, Jens Voigt et Sylvain Chavanel. C’est lui qui relance l’allure au km 57 alors que le peloton menace, à 45 secondes. Seul