Tour de France #5 Clarke les pavés de la gloire

🔴 La cinquième étape faisait partie des étapes à cocher pour tous les favoris du classement général du Tour de France, mais aussi pour tous les coureurs de classiques qui comptaient tenter leur chance. Comme sur Paris-Roubaix, il arrive que les échappés parviennent à résister au peloton sur les étapes pavées du Tour. C’est ce que Simon Clarke avait déjà pensé en 2014 lorsqu’il avait intégré l’échappée de l’étape remportée par Lars Boom dans la boue. L’Australien a décidé de renouveler le pari, en compagnie de cinq autres coureurs dont la maillot à pois Magnus Cort Nielsen. Dans la dernière ligne droite, il a réussi à s’imposer au sprint devant Taco van der Hoorn pendant que le peloton des favoris ne parvenait pas à combler son retard. Parmi eux, la journée a été particulièrement mouvementée pour le clan des Jumbo-Visma, Jonas Vingegaard ayant perdu sa place sur un problème mécanique, tandis que Primoz Roglic a laissé s’envoler trois minutes sur le vainqueur du jour, et surtout plus de deux minutes sur Tadej Pogacar, imperturbable quand le sol se met à trembler ! Wout van Aert conserve toutefois le Maillot Jaune avec 13’’ d’avance sur l’Américain Neilson Powless.

Le Tour Inside 

Nos confrères de BFM Grand Lille étaient présents au départ ce matin – Photo F. Faure

Ce matin le public pouvait obtenir un badge collector Tour de France @MEL_Lille au village animations situé sur le site de départ – Photo F.Faure

Au village du Tour on a fêté aujourd’hui les 50 ans de Cochonou – Photo F.Faure

Martine Aubry et un beau maillot jaune dédicacé – Photo F.Faure

Invité du Tour ce matin à Lille, Pierre Fillon espère un retour de la grande boucle au Mans – Photo F.Faure

Le service reprographie Docaposte imprime chaque jour les tableaux d’honneur du Tour, les classements et communiqués divers. Les accréditations sont elles aussi imprimées dans ce camion situé à quelque mètres de la salle de presse – Photo F.Faure

France Bleu Nord proposait depuis l’arrivée une édition spéciale Tour de France en présence de Marie Jo Perec – Photo F.Faure

La caravane Logis à l’arrivée ce mercredi – Photo F.Faure

Nouveauté X-Tra dans la caravane avec ce bidon roulant – Photo F.Faure

Le plateau de l’émission Velo Club présentée chaque soir par Laurent Luyat – Photo F.Faure

________________________________

La carte postale

Fleuron de la Compagnie, la fosse a pleinement bénéficié de son sous-sol riche en charbon maigre et de sa proximité avec le pôle sidérurgique de Denain. Elle est très rapidement devenue l’une des plus productives de la Compagnie : 218 915 tonnes en 1906, et jusque 452 630 tonnes en 1930.

En 1930, la production de charbon croît de manière spectaculaire tandis que les techniques d’extraction continuent d’évoluer. De nombreux travailleurs polonais s’implantent dans la région. En 1954, les Houillères nationales créent à Arenberg un nouveau siège d’exploitation et construisent un lavoir plus performant. Le site devient alors un puissant siège de concentration, doté d’équipements des plus modernes. Pourtant, la récession qui sévit dans les années 1970 et l’épuisement des ressources font s’effondrer la production. L’exploitation cessera en mars 1989

Au total, près de 32 millions de tonnes de charbon auront été extraites à la fosse d’Arenberg.

C’est en 2005 que débutent les travaux de restauration : les bâtiments les plus anciens, puis courant 2005-2006, les parements des bâtiments datant du XIXe siècle. Les maçonneries sont en brique locale couronnées de cordon en pierre de Lunel originaire des Carrières du Boulonnais. En janvier 2007, vient le tour de la restauration du clos et couvert du bâtiment recettes, de la passerelle, du bâtiment sanitaire et de la salle des pendus où les mineurs pendaient leurs vêtements au plafond.

Ce vaste bâtiment est aujourd’hui transformé en salle événementielle et porte depuis le 4 mars 2011, date de son inauguration, le nom d’Espace « Claude Berri » en hommage au célèbre réalisateur venu tourner sur le site, la majeure partie du film Germinal.

En tout, 11,5 millions d’euros auront été investis dans la restauration des lieux.

2012, inscription au Bassin minier Patrimoine mondial de l’UNESCO

Le site minier de Wallers-Arenberg, unique avec ses trois chevalements, est désormais classé aux Monuments historiques et inscrit au Patrimoine mondial de l’UNESCO depuis le 30 juin 2012.

Siège de la Communauté d’Agglomération de La Porte du Hainaut, les élus communautaires travaillent depuis cette date, à la conversion du site pour le dédier à l’image et aux médias numériques d’avenir : «Arenberg Creative Mine», un projet innovant, inscrit dans le cadre de Pictanovo et cohérent avec les reconversions des autres sites de la mémoire en Nord-Pas de Calais.

________________________________

Les instantanés du jour côté course

Photos F.Faure / Velostory